Philip K. Dick et la musique | Philip K. Dick - Le site dickien

Philip K. Dick et la musique

Georges Morel m'a contacté pour partager avec vous ses créations musical, gratuitement disponibles sur numberonemusic.com.

Je lui ai laissé la parole pour qu'il parle de son travail:

Philip K. Dick. Il est très certainement mon auteur préféré. Contrairement à lui, j’écris très lentement, des intrigues complexes, et je n’ai pas souvent des idées de romans. J’ai peu publié. Ce qui me touche chez lui, c’est l’émotion, la fragilité des humains, sa façon de les rendre présents, vivants, touchants.
Pendant longtemps, je n’ai eu que la musique en tête, et ça continue encore, je dois le dire. Pour diverses raisons, la vie m’a entraîné loin de cette discipline, et j’ai perdu le contact avec mon instrument, les claviers. Mais je n’ai jamais cessé de composer, à l’instinct, en me servant très peu de mes connaissances théoriques en harmonie. J’ai juste énormément écouté les gens qui m’ont inspiré : Magma, King Crimson, l’école de Canterbury, Coltrane, Michael Brecker… Un ami s’est rendu compte de mon potentiel et a voulu m’initier à la M.A.O. Peu à peu, j’ai imaginé ce groupe virtuel, UBIK, car pour diverses raisons, je n’arrivais pas à rassembler des personnes fiables sur mon projet. UBIK est donc dédié à Philip K. Dick, et on peut dire que c’est un mélange de plusieurs influences. On peut parler de musique progressive, de jazz fusion, de dimension électro… Depuis 4 ans environ, je me suis remis à pratiquer les claviers, mais je constate qu’il n’y a pas moyen, dans ma région, de rassembler des gens pour faire « autre chose ». Alors je continue de composer pour ce groupe virtuel. J’ai à présent 7 morceaux, ainsi que plusieurs autres en gestation. J’aime à imaginer une équipe stable, toujours les mêmes musiciens. Parfois, je m’amuse à leur donner des noms, des visages. Les instruments sont invariables : batterie, basse fretless, claviers (essentiellement, Fender Rhodes ou orgue Hammond), vibraphone ou marimba, violon, sax soprano.
Je rêve du jour où je trouverais enfin un acolyte, quelqu’un qui me dirait qu’il croit en moi, et s’associerait définitivement à cette aventure. Pour l’instant, je ne suis confronté qu’à mes propres idées, ça manque de surprise, un peu.

blog comments powered by Disqus
Etienne Barillier © 2007-2019



Nos partenaires et nous-mêmes utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.