YouTube | Philip K. Dick - Le site dickien

Emmanuel Carrère

Emmanuel Carrère parle de Philip K. Dick.

Comments

Pas l'temps de lire



Comments

The Amazon in the High Castle

Plusieurs extraits du pilote de The Man in the High Castle sont visibles en ligne. Ils mettent en évidences les choix esthétiques et narratifs, d’une éventuelle série chez Amazon.
Rappel : Il est impossible de le voir légalement en France.











Comments

Blade Runner: Done in 60 Seconds


Comments

La Trilogie divine

Gilles Dumay, directeur de la collection Lunes d’encre chez Denoël, a publié une petite vidéo pour annoncer l’imminente sortie de la Trilogie divine dans des traductions revues et harmonisées.

Sortie annoncée pour le 21 février 2013.


Comments

The Verge - Philip K. Dick

Superbe ! Cette vidéo a été tournée à l’occasion du Philip K. Dick festival par l’équipe de The Verge. avec Jonathan Lethem, David Gill, John Alan Simon, réalisateur de Radio Free Albemuth. Je me retrouve dans beaucoup des propos tenus et je suis certain que c’est le cas de nombre d’entre vous.





Comments

Total Recall

Il vous en faut encore ? Voilà la nouvelle bande annonce de Total recall ….





Comments

Blade Runner à l'aquarelle

Vous connaissez le procédé du rotoscoping pour avoir vu Scanner Darkly : il s'agit de peindre l'image filmée. C’est exactement ce qu’a fait Anders Ramsell en travaillant à l’aquarelle pour un résultat assez bluffant.





Comments

Tessa Dick demande de l'aide



Message assez triste que je vous transmets tel quel.
Tessa Dick, dernière femme de Philip K. Dick, a posté sur YouTube un appel à la générosité.
Sa situation financière est catastrophique, elle est en attente d’une aide sociale.

Comments

Philip K. Dick et Hamlet



Une émission de la BBC où l’acteur anglais Michael Sheen (IMDB) parle de Philip K. Dick notamment de la façon dont son œuvre a influencé son travail sur Hamlet.
Passionnant.

Comments

Total Recall

Est-ce vraiment le pire commentaire audio jamais enregistré ? À vous de juger, si vous avez un moment à perdre, à écouter Arnold Schwarzenegger raconter ce qu’il voit à l’écran…



Comments

The Prisoner en Blu-Ray

La série de tous les superlatifs arrive enfin en Blu-Ray !

Je sais que cette nouvelle ne concerne que ceux d’entre vous qui sont déjà équipés, mais je suis impatient de vous en informer.
L’édition en zone 1 (pas de sous-titres français) est disponible cette semaine pour $25 chez Amazon USA. À ce prix-là, je n’ai pas hésité !

Mais ce n’est pas tout. Si vous êtes patient, une édition française est dans les tuyaux et devrait être disponible d’ici la fin de l’année !

J’ai souvent été frappé par la multitude des convergences entre l’œuvre de Patrick McGoohan et celle de Philip K. Dick. Les deux hommes sont nés la même année, 1928, l’Atlantique les sépare. Et pourtant...

La série a été diffusée aux États-Unis pour la première fois en juin 1968, il faudra que je fouille à l’occasion pour vérifier si Dick l’a regardée... à moins que quelqu’un n’ait déjà la réponse ?




Comments

L'Agence

Pour les anglophobes. L’agence en VF. Sortie le 23 mars.
Et puis c’est tout.

Comments

Dick retrouve sa tête

La tête de la version robotique de Philip K. Dick avait été perdue durant un voyage en 2006. La société Hanson Robotics vient de la reconstruire.


(Via. Merci au docteur Laurent)

Comments

Metz, France 1977

Le documentaire The Penultimate Truth about Philip K. Dick nous offrait ces images de la conférence de Philip K. Dick à Metz, en 1977.


Comments

Persons Unknown



Sept personnes se retrouvent dans une ville déserte. Ils sont surveillés en permanence par tout un réseau de caméras. Tel est le résumé de la nouvelle série prochainement diffusée aux États-Unis sur NBC.

Un bout de Lost, un bout de Sartre, un morceau du Prisonnier et une paranoïa toute dickienne... La saison comptera 13 épisodes pour nous apporter des réponses captiver !

Le site officiel.





Comments

Christopher Nolan - Inception

Je ne veux rien savoir de ce film. Rien.

La beauté obsédante des images de la bande annonce se suffit.



Comments

Clones - Surrogates



Le résumé


Deux agents du FBI enquêtent sur le meurtre mystérieux d'un étudiant, qui semble lié à l'homme qui a contribué à mettre au point une invention qui s'est imposée dans toute la société : les gens peuvent désormais acheter des versions robotisées d'eux-mêmes, des doubles sans défaut qui, commandés à distance, effectuent leurs tâches à leur place et leur permettent de vivre par procuration sans quitter le confort et la sécurité de leur domicile.
Cette révolution technologique soulève beaucoup de questions, dont la première va vite devenir préoccupante : dans un monde d'apparences qui est réel, à qui peut-on faire confiance ? (via Allociné)

Pour un avis


Bruce Willis dans un monde où tout le monde utilise des avatars ? Oh, bon sang. Je l’attendais celui-là.
Bon. Et bien, il suffit de regarder la bande annonce et vous avez tout. Oui, je dis bien tout.
Pour faire simple, l’enquête a l’épaisseur du scénario d’un épisode de Scooby-Doo, quand tous les suspects se résument aux personnages présentés dans les cinq premières minutes.
Quant au discours. Euh... Il vaut mieux être humain parce qu’être humain c’est bien. Jonathan Mastow, avec une réalisation irréprochable, rate totalement son film en n’exploitant aucune des pistes que les prémisses nous laissaient imaginer.
Et tout ce qu’il esquisse avaient déjà été dit depuis bien longtemps par John Carpenter dans son très subversif et mémorable They Live !
À l’occasion faudra qu’on parle de la bande dessinée à l’origine de ce truc.


Comments

Gamer / Ultimate Game



Le résumé


Dans un futur proche, les nouvelles technologies ont fait évoluer le jeu vidéo. Le principe créé pour le jeu « Les Sims » est appliqué à des êtres humains qui sont manipulés par des joueurs en ligne.
Le milliardaire Ken Castle a créé le divertissement ultime : « Slayers », un jeu vidéo dans lequel des condamnés à mort, guidés à distance par des joueurs en ligne, s'entretuent lors de combats diffusés sur les écrans du monde entier.
S'ils survivent à 30 épreuves, ils retrouveront leur liberté.
Kable, téléguidé par Simon, un ado fan de réalités virtuelles est aujourd'hui la star du jeu. Mais Kable ne s'appartient pas : arraché à sa famille, emprisonné et forcé à combattre contre sa volonté, ce gladiateur des temps modernes doit survivre assez longtemps pour s'échapper du jeu et regagner sa liberté... (via Allociné)

Pour un avis


Mark Neveldine et Brian Taylor exploitent le jeu de la référence (Running Man n’est pas très loin) en explorant le thème du jeu vidéo et de son rapport à différentes formes de violence, dans une série B... particulièrement violente. S’il est aisé de leur reprocher de ne pas transcender leur propos en liant plus encore le fond et la forme, le film touche quand même juste quand, au détour d’une scène ou deux, il parvient à poser des questions morales aussi simples qu’essentielles.
L’échec du film tient à son scénario, quand l’angoisse de la marionnette n’est qu’effleurée. La problématique est au cœur du sujet mais n’est réellement abordée que par la bande. Dommage. Pas facile d’affronter la peur d’une poupée Pat quand il y a encore trois scènes de ratatapanpan à filmer.
En attendant - impatiemment - le film qui parviendra à être le Fight Club de la génération Second Life et Warcraft...

Comments

The CineFiles - The Films of Philip K. Dick

Comments

Perrier & Ubik

Je vois cette publicité et me dis que finalement... j’ai quand même hâte de voir Ubik sur grand écran !



(Je ne crois pas qu’il y ait un message subliminal dickien dans cette pub. Non, Perrier n’est pas dieu.)

(Pour les amateur, Perrier a choisi une musique de Camille pour sa pub.)
Comments

Screamers : The Hunting, la bande annonce

Je n'en dirai pas plus. Non. Pas plus.



Sur le même sujet, lire :
Comments

Terminator vs. Philip K. Dick

Je regarde la bande annonce du prochain Terminator et tout d'un coup mon sixième sens dickien frétille.

Regardez par vous-même. Un homme est blessé. Il est amené au bloc, en vue subjective nous découvrons les toubibs dans une scène que nous avons déjà vu mille fois. Sans explication quelqu'un l'assomme mais on a bien compris que quelque chose cloche.
Ensuite, au réveil, le point de vue a changé, nous sommes désormais derrière le héros, nous apercevons enfin ce que le blessé ignorait : son buste révèle les mécanismes qui le composent.
Le dialogue qui suit montre cette révélation. L'homme qui découvre qu'il est une machine, une fourmi électrique.


Bien sûr je n'ai aucun moyen de dire si cette scène est dickienne par influence mais je peux affirmer qu'elle n'aurait jamais pu exister si les thèmes des œuvres de Philip K. Dick ne nous étaient pas devenus aussi familiers.
Comments

Philip K. Dick: The Penultimate Truth

Et voilà la bande-annonce du documentaire qui vient de sortir en DVD.



Alléchant, non ?


Sur le même sujet lire :
Comments

Ceci n'est pas une femme

Image-metrics
En 1891, le roi de Bohême, Von Ormstein, avait un problème. La splendide Irène Adler était en possession d’une photographie qui était la preuve de leur liaison. Le document était dangereux parce qu’il était irréfutable et incontestable. Seul Sherlock Holmes pouvait éviter alors un Scandale en Bohême.

Maintenant regardez cette vidéo. Regardez la bien jusqu’au bout !



Oui, nous sommes de plus en plus dans un monde dickien. Pour l’instant on ne peut corriger de manière photoréaliste qu’un visage. Mais ce n’est qu’une étape... Reste à savoir si elle est réjouissante ou non.

D’ailleurs est-ce que je vous ai parlé du robot dont le cerveau électronique reposait sur des neurones de rats ? Déprimant, ces premières générations beta de Nexus !

(Source) (le site de image-metrics)

Comments

A formiga elétrica

Un court-métrage d’animation qui propose une adaptation assez intéressante de la nouvelle de Philip K. Dick « La fourmi électrique. »

Le propos est assez différent de celui de la nouvelle originale, et en change un peu la portée, mais la réalisation est plus qu’honnête !



Comments

La habitación contigua

Un court-métrage espagnol assez réussi, réalisé par Daniel Romero et Raúl Garán. Vous pouvez le voir ici en VO, avec des sous-titres anglais.

Philip K. Dick est cité dans les remerciements.

Comments

The Man In The High Castle



Rien à dire de plus, hein ? (Si : merci Gilles pour le lien !)
Comments

Un nouveau documentaire sur Philip K. Dick

word-this-week-dick
L'émission canadienne The Word This Week a consacré l'année dernière un numéro à Philip K. Dick avec parmi les intervenants Minister Faust, Jonathan Lethem, Chris Miller, Mark Askwith, Winona Ryder, Michael Bishop, Richard Linklater ou encore William Gibson. Le tout est maintenant sur Youtube.

Les vidéos sont par conséquent juste après le lien. Lire la suite...
Comments

RATP - Vangélis



Musique de Vangélis pour une publicité très dickienne de la RATP. Il s'agit, sauf erreur de ma part, de la musique du monologue final de Roy Batty (disponible sur la BO du film : Blade Runner Trilogy [25th Anniversary]).

Moi, ce qui m'intéresse, c'est ce qui se passe après. Une fois que le bonhomme a réalisé qu'un double numérique de lui-même erre dans les rues parisiennes.

Mise à jour : le morceau peut être acheté sur iTunes dans une version orchestrale « Farewell ».


Comments

Norway of Life

mannen
Je ne l'ai pas encore vu et ne sait pas quoi en penser. Norway of Life. Sélectionné à Cannes en 2006, grand prix à Gérardmer en 2007, ce film norvégien est prometteur.
La note IMDB est très bonne (7,5/10). Et pour ne pas gâcher le tout le film semble parfaitement dickien.
Réalisé par Jens Lien, avec Trond Fausa, Aurvag Petronella Barker et Per Schaanning, le film sort en DVD en France aujourd'hui chez TF1 Vidéo: Norway of Life.

La
jaquette du DVD français.

En voici le résumé :

Andréas se retrouve dans une ville étrange. Il ignore comment il est arrivé là. On lui remet un emploi, un appartement et même une femme. Très vite, il s'aperçoit pourtant qu'il y a quelque chose qui cloche. Tentant de s'enfuir, il découvre que la ville est sans issue.


Et la bande annonce chez Youtube.

Quelqu'un pour en dire deux mots ?
Comments
Etienne Barillier © 2007-2016