Radio Free Albemuth

Voici la dernière semaine pour Radio Free Albemuth !


Pour mémoire il s’agit de financer la sortie aux États-Unis du film, en nous donnant accès à de nombreux cadeaux. Ce sont bien évidemment ces derniers qui nous intéressent plus particulièrement.

Ainsi, ces dernières semaines ont été ajoutés pour tous les donateurs :
  • un jeu de rôle, Left Coast, qui se déroule dans l’univers de Philip K. Dick,
  • la possibilité d’avoir le film en blu-ray ! Il suffit d’être déjà donateur (au moins $50) et d’ajouter $20 pour recevoir, en plus du DVD le blu-ray.

Comme vous pouvez le voir juste à côté, le projet est dans sa dernière ligne droite, le financement est presque possible ! À vous de faire le nécessaire en partageant autant que possible l’information !

Facebook, twitter, forum, faisons de la sortie de ce film une réalité.

Comments

Radio Free Albemuth


Radio Free Albemuth est une des meilleures adaptations de Philip K. Dick que j’ai jamais vues. Le film est en tout point remarquable et le fait qu’il n’était pas visible pour le plus grand nombre était dramatique.

Pour l’avoir revu à l’occasion du festival Mauvais genre à Tours, je ne peux que confirmer ce que j’ai pu écrire à maintes reprises : le film est formidable !

On y retrouve à la fois la richesse, l’humour et la sensibilité du roman de Philip K. Dick, sans pour autant tomber dans l’adaptation exclusivement littérale. Je vous le répète, le film est une réussite !

Et vous pouvez maintenant en posséder votre copie.

John Alan Simon et Gilles Dumay
John Alan Simon et Gilles Dumay, éditeur de Radio Libre Albemuth à Tours en 2013.

Est-ce que ça vaut le coup ?


Définitivement, oui.
John Alan Simon a fait un travail d’une très grande qualité. Il a besoin maintenant des dickiens à travers le monde pour que son film puisse vivre sa vie et puisse connaître une diffusion en salles aux USA.
Je n’ai pas hésité une seconde à donner, tellement il m’a semblé une évidence qu’il fallait que je contribue à ma manière.

Que puis-je faire ?


Le principe d’un projet kickstarter est le financement par la communauté, dans un temps limité. Si la somme demandée n’est pas atteinte, vous ne payez rien. Le paiement est pleinement sécurisé et passe par les serveurs d’Amazon.

Afin de motiver le don, vous obtenez des « cadeaux » en fonction de ce que vous avez donné. Plus vous donnez, plus la récompense est grande !

Par exemple :
  • 5 $ : don de soutien
  • 25$ : téléchargement d’une copie numérique
  • 35$ : on ajoute au téléchargement le scénario, la musique
  • 50$ : on ajoute à tout le reste, le DVD dédicacé du film
  • et ainsi de suite...

Vous pouvez trouver l’ensemble des offres sur la page kick-starters de Radio Free Albemuth.

Si vous avez des questions, je tâcherai de vous aider dans les commentaires.

Diffusez l’information, faites que ce projet soit un succès !

Comments

Radio Free Albemuth en France

radio-free-albemuth-simon

La nouvelle est importante : Radio Free Albemuth va être diffusé en France !

À l’occasion de la septième édition du Festival Mauvais Genre de Tours du 27 mars au 1er avril, nous aurons l’occasion de voir enfin sur grand écran ce qui est à ce jour la tentative de réaliser une adaptation fidèle, intègre et cohérente d’un roman de Philip K. Dick.

Le film est présenté, hors compétition, dimanche 31 mars, salle Petit Faucheux à 13h30.

Mais ce n’est pas tout : son réalisateur John Alan Simon sera également présent. Il animera une masterclass le samedi et répondra aux questions du public à l’issu de la projection.

(On murmure aussi qu’un Étienne Barillier serait également dans les murs.)

Le programme complet.


Comments

The Verge - Philip K. Dick

Superbe ! Cette vidéo a été tournée à l’occasion du Philip K. Dick festival par l’équipe de The Verge. avec Jonathan Lethem, David Gill, John Alan Simon, réalisateur de Radio Free Albemuth. Je me retrouve dans beaucoup des propos tenus et je suis certain que c’est le cas de nombre d’entre vous.





Comments

Radio Free Albemuth

Radio Free Albemuth
Mon histoire avec Radio Free Albemuth a commencé  en 1999. À cette époque lointaine, je collaborais activement à la rédaction d'un fanzine remarquable, Slash.  Je ne me souviens plus aujourd'hui où j'avais trouvé l'information (dans un numéro de For Dickheads Only peut-être, ma mémoire me joue un tour !)  en tout cas on y parlait de l'adaptation prochaine d'un autre roman de Philip K. Dick. J’entrai alors en contact avec le réalisateur qui acceptait de faire l'interview que vous pouvez toujours lire sur ce site. Je vous rappelle qu’à l’époque Minority Report n’avait pas encore été tourné !
Par la suite, j’ai toujours suivi de près l'évolution du projet. En 2008, après bien des aléas, le tournage avait enfin lieu. Cela a donné une deuxième interview. Maintenant, le film est terminé. Sa fabrication a été une aventure assez extraordinaire dont j’ai souvent eu l’occasion de vous tenir informé.
Alors une question se pose : qu’en est-il de la qualité du film ? Il est certain qu’Hollywood nous a habitués à des adaptations qui se contentent de quelques thèmes dickiens pour le meilleur, du seul nom de
Philip K. Dick sur l’affiche pour le pire... Nous pouvions être dubitatifs, voire carrément inquiets ! Alors, autant le dire dès maintenant :

J’ai vu Radio Free Albemuth et ce film peut vous réconcilier avec l’idée qu’il est possible d’adapter intelligemment un texte de Philip K. Dick au cinéma.


L'histoire


Radio Free Albemuth

Le film débute par trois séquences. La première nous présente le personnage de Phil, couché sur une paillasse, en train d'écrire sur un bout de papier. Sa voix off nous apprend qu'il va raconter l'histoire de son ami Nicholas Brady. La seconde lance ce retour en arrière en montrant Nicholas Brady travaillant chez un disquaire à l'ancienne et débattant avec son patron au sujet de la concurrence du CD digital. Enfin la troisième nous ramène vers Phil, tapant à la machine, sur fond de I Wanna Destroy You des Softs Boys (spotify). Un chat sur sa gauche, whisky et cigarettes à droite : pas de doute, c’est un écrivain. Le chat s'échappe. Phil entend un crissement de pneus : l’animal vient d’être écrasé par une camionnette.
Puis commencent les premières manifestations de
SIVA, la lente découverte que l’Amérique du film est en réalité une uchronie totalitaire. Il ne reste maintenant qu’à comprendre les messages de ce satellite extra-terrestre, qui indique peut-être un moyen d’entrer en résistance, de renverser le président Fremont, qui sait, peut-être à l’aide d’une jeune femme, Sylvia...

Welcome to the Party


rfalogo
En caricaturant, on peut dire qu'il a d’abord existé deux sortes d'adaptations des romans de Philip K. Dick. Tout est présent dès les deux premières en fait. Avec Blade Runner, nous avons une approche artistique, pour ne pas dire intellectuelle du propos, où les thématiques dickiennes sont travaillées au plus près ; avec Total Recal un tour à 180° est exécuté pour tendre vers le film d'action très grand public. Dans les deux cas, le travail d’adaptation est assez lâche, ne gardant que peu d’éléments des textes originaux tout en développant par la bande des thématiques dickiennes.
Une troisième voie est apparue par la suite, celle de l'adaptation fidèle, allant de
Confessions d'un barjo à Scanner Darkly.
Radio Free Albemuth appartient à cette dernière catégorie, cherchant à rester non seulement fidèle à l'intrigue, mais également aux thèmes et surtout aux personnages du roman.
En fait, sa profonde originalité est de  proposer une approche
littéraire du projet. Le scénario est à ce titre particulièrement intelligent. Toutes les scènes clés sont présentes, et la mise en scène parvient à éviter l’ennui de trop longues séquences de discussions. Je me suis même demandé une fois ou deux si telle scène était bien dans le livre ou non, c’est dire si le travail d’adaptation est bluffant !
Surtout le film parvient à conserver la part autobiographique du roman et restitue les interrogations métaphysiques d’un
Philip K. Dick suite aux événements de 1974. Le film se permet ainsi de toucher au mysticisme sans faire de concessions. La question est abordée frontalement, comme dans le roman, confiant dans la capacité du spectateur d’assimiler les informations.
Cela n’aurait jamais été possible si le film n’avait été tourné autrement qu’avec un budget microscopique. Produit dans la structure d’un studio, il aurait fallu faire des compromis, simplifier, expliquer plus. Alors pour pallier au manque de moyens, la mise en scène s'appuie manifestement sur le talent des acteurs et leur capacité à porter l’aspect uchronique de la fiction tout en rendant sensible l’évolution de leurs personnages. S’ils arrivent à y croire, il nous est alors possible de les suivre.
Et cela fonctionne.
Le film se concentre ainsi exclusivement sur ses personnages et ne nous montre quasiment rien du reste du monde. Comme dans le roman, le sujet profond est celui de l’humanité et de son regard vers la transcendance, de ce qu’elle est, et de ce qu’elle peut devenir tout en restant à la hauteur d’un couple d’amis embarqués dans une histoire qui les dépasse.
Je parlai d’un petit budget. Il est certain que pour un œil nourri de superproductions américaines, cela se voit. Les effets spéciaux sont pauvres, la photographie, pourtant assez belle, souffre également par moment du manque de moyens, et pour être totalement honnête, quelques acteurs ont un jeu assez monolithique… Mais ce sont des éléments naturels pour une production de cette envergure et franchement, je ne vois pas en quoi on pourrait reprocher cela au film.
Parce qu’au moins, le film existe.
Et que tout cela n’empêche pas
John Alan Simon de nous offrir quelques très beaux plans urbains et de parvenir à produire souvent de belles images de cinéma.

Écrire une chanson


Shea Whigham
Trois acteurs emportent le morceau à mes yeux. En premier lieu, le duo Nicholas Brady (Jonathan Scarfe IMDB) et Phil (Shea Whigham IMDB) fonctionne. On peut croire à leur amitié ainsi qu’à leurs conversations sur la vie, l’univers et le reste. J’ai apprécié que Shea Whigham ne cherche pas à singer Philip K. Dick mais à proposer sa vision du Dick romanesque. Cela évite la caricature tout en restant fidèle au fait que, même dans le roman, nous avions avant tout un personnage qui s’appelait Philip K. Dick et non Dick lui même.
J’ai également aimé le personnage de Vivian Kaplan (Hanna Hall IMDB), qui de scène en scène apparaît comme une incarnation même de cette Amérique totalitaire, tout d’abord faussement amicale, puis dangereusement séductrice et finalement froidement destructrice.
Par contre, Alanis Morissette dans le rôle de Sylvia m’a moins convaincu. Au moins nous avons une chanteuse qui interprète le personnage d’une chanteuse ! Je tiens à rappeler aux fans de Twilight qu’Ashley Greene n’apparaît que dans une seule scène (mais ô combien essentielle !)
D’ailleurs il est important de signaler que la musique est particulièrement réussie. Si vous connaissez le roman, vous comprenez aisément pourquoi et on ne peut que souligner la qualité du travail de Robyn Hitchcock.

By the kids


Est-ce que c’est un film pour vous, ma foi, si vous êtes ici, c’est fort possible ! Est-ce que cela peut fonctionner pour tous les spectateurs ? Je n’en sais rien et la question n’a que peu de sens. Voir le film demande un petit effort. Juste celui d’accepter que l’on nous raconte une histoire sans que le film soit techniquement parfait. Autrement dit, il est certain que si les effets spéciaux du film, qui servent la narration, mais restent limités, vous gênent au-delà de toute raison, alors ce film n'est pas pour vous.
Et vous rateriez certainement l’une des meilleures adaptations cinématographiques de
Philip K. Dick.
Maintenant le film fait une brillante tournée mondiale à travers les festivals. Malheureusement, il n'a toujours pas été projeté en France, malgré mes efforts. Mais ce n’est pas encore perdu et je suis certain que l’année 2012 nous offrira l’occasion de découvrir
Radio Free Albemuth sur grand écran.


Sur le même sujet, lire :



Comments

Radio Rekall Albemuth

Deux réalisateurs qui parlent de leurs films respectifs… D’un côté, Len Wiseman pour son remake de Total Recall, de l’autre John Alan Simon pour Radio Free Albemuth.

Total Recall


Ce qui me frappe dans cet entretien, c’est que Len Wiseman se place plus dans la perspective d’un remake de Total Recall que dans celle d’une relecture de la nouvelle originale de Philip K. Dick. Autant le remake me semble inutile, autant une nouvelle approche du texte de Dick m’aurait fortement intéressée. Bah.

We’re sticking to the essence of what that concept really is about. To me, what’s most engaging about Total RecallPhillip K. Dick’s story, Paul Verhoeven’s adaptation of it—is the core concept of the journey that this guy goes through, not necessarily the destination it takes him whether it be Mars or whatever kind of fantasy or whatever destination he picks, it’s this journey that he goes through as this really twisted mind game of “is it reality or fantasy?” and how much of an internal struggle that is that’s really fun to play with, and really fun to play.


Radio Free Albemuth


John Alan Simon et sa productrice Elizabeth Karr ont passé une heure avec le podcast Film courage.

Podcast Powered By Podbean

Si vous ne voulez pas rester devant votre écran, l’émission peut être récupérée directement depuis iTunes.




Comments

'Variety' parle de Radio Free Albemuth

Variety logo

Mazette ! Variety est un des magazines de référence traitant de l’industrie cinématographique. Et voilà qu’il publie une critique élogieuse du Radio Free Albemuth de John Alan Simon. Croyez-moi, ce n’est pas rien et cela peut certainement aider à la diffusion du film.

Morceaux choisis :

Very faithful to the novel's detailed plot and complex meditations on the interplay of earthly realities, spiritual beliefs and otherworldly powers determining the protag's destiny, Simon's screenplay is inevitably talky but consistently absorbing.

Exactement le genre de phrase que l’on rêvait de voir écrite au sujet d’une adaptation de Philip K. Dick, non ?

Gritty HD lensing and imaginative, old-fashioned-in-a-good-way effects showing the alternate world surrounding Nick and Sylvia. A terrific score by Canadian composer Ralph Grierson and British singer-songwriter Robyn Hitchcock is the jewel in a first-class tech package.

Vous me direz que tout cela est bien beau, mais pourquoi le film n’est-il toujours pas visible ? La raison en est simple : c’est un film indépendant, tourné en dehors de la structure des studios. Il doit trouver par conséquent un contrat de distribution qui ne soit pas au rabais afin d’être rentable ! Et la conjoncture actuelle est loin d’être favorable à la prise de risque sur un « petit » film...
Or c’est là que vous pouvez intervenir en montrant votre intérêt pour le film.

Les leviers à utiliser sont :
La fréquentation de ces pages est utilisée par les producteurs du film afin de défendre leur projet dans leurs négociations.

Mise à jour : J’avais oublié de vous donner le lien vers l’article original !



Comments

Radio Free Albemuth

At last !

Voilà la première bande annonce de Radio Free Albemuth. La première ? En effet, John Alan Simon, le réalisateur, m’a confirmé qu’il s’agissait d’une version de travail destinée à la promotion du film pour les professionnels.

Si les choix et contraintes budgétaires d’une production indépendante sont visibles, elles ont un but : donner la liberté artistique nécessaire à réaliser une adaptation fidèle et intègre du livre.


Personnellement, je suis séduit. Les thèmes du romans, comme le mysticisme, la paranoïa, la lutte contre la tyrannie et les premiers chrétiens sont là.
Bien sûr, on voudrait plus de scènes avec Phil (les fans de Twilight hurlent leur joie d’apercevoir Ashley Greene).
Bien sûr, on voudrait des effets spéciaux parfaits. Mais nous sommes tellement habitués à voir des productions avec un budget équivalent au PIB du Luxembourg que nous avons parfois des exigences d’enfants gâtés.

Je suis à la fois curieux et impatient. Et vous ?

Sur le même sujet lire :


Comments

Des nouvelles d'Albemuth

Radio Fre Albemuth
John Alan Simon nous informe que son film Radio Free Albemuth a remporté lors de l’autralien Fantastic Planet - Sydney Science Fiction and Fantasy Film Festival les prix suivants :

  • Directors Choice - Best Feature Film
  • Best Actor - Shea Whigham (as the Philip K. Dick character)

Il nous offre également l’affiche du film. Juste pour vous faire trépigner en attendant une hypothétique distribution de ce côté-ci de l’Atlantique.

Vous pouvez consulter l’intégralité des prix sur le site officiel du festival.





Sur le même sujet lire :


Comments

La première d'Albemuth

Radio Free Albemuth

C’est une grande et belle nouvelle.

Après une très longue période de production, le film de John Alan Simon, Radio Free Albemuth connaît enfin une première mondiale.

C’est à New York que cela se passe.

Comment est-ce que vous trouvez l’affiche ?

Comments

RFA a trouvé un distributeur

La nouvelle est assez récente, et ne peut que nous faire trépigner d’impatience : la société Seven Arts vient d’acquérir les droits de distribution du film de John Alan Simon, Radio Free Albemuth.
Cela concerne aussi bien la distribution étatsunienne que celle à l’étranger.
Petit à petit, le film se rapproche de nos écrans !

(source)
Sur le même sujet lire :

Comments

Filming Radio Free Albemuth


Radio Free Albemuth

Alors que les contrats de diffusion sont en cours de négociation, voici vos nouvelles du jour concernant Radio Free Albemuth.

Le directeur de la photographie du film de John Alan Simon, Jon Felix (IMDB, site officiel) évoque son travail avec la Thompson Viper Camera. Il en parle plus longuement pour definitionmagazine.com.
Le tout est intéressant, ne serait-ce que pour comprendre un peu mieux, même si comme moi vous ne comprenez pas tout, la technique à l’œuvre derrière le tournage d’un film.
Dans le pire des cas, vous verrez de nouvelles images du film !
Vous pouvez télécharger l’article sur son site (en anglais, format .pdf).

Comments

Radio Free Albemuth

Radio free albemuth

Le numéro d’avril de Film & Festivals Magazine comporte un long article de John Alan Simon « From The Trenches: Radio Free Albemuth–Bringing Philip K. Dick to Life » Le réalisateur y parle longuement de son travail d’adaptation.

De nombreuses photos illustrent l’article, notamment un fameux rayon rose.

Télécharger l’article (format .pdf)

(Lien corrigéWinking

Sur le même sujet lire :



Comments

Pour un Facebook Albemuth

Albemuth

La promotion de Radio Free Albemuth avance doucement. Alors comme je ne vais tout de même pas tout vous raconter, vous pouvez vous rendre :


Nous attendons toujours la date de sortie définitive ! Et une affiche ! Et une édition DVD / blu-ray !


Sur le même sujet lire :



Comments

Radio Free Albemuth

Radio Free Albemuth

Ah... On se rapproche tout doucement du moment où nous pourrons enfin découvrir le film Radio Free Albemuth, adaptation du roman éponyme.

Bien sûr je ne sais absolument pas dans quelles circonstances cela aura lieu... sur grand écran ? avec un DVD en import ? avec copie pirate slovaque en VHS ?

Vous pouvez lire une première critique en ligne sur io9 (en anglais).

Le film a été présenté au Sedona International Film Festival en février dans une version presque finalisée. Je vous encourage à aller visiter la page du film sur l’IMDB, le metteur en scène y poste régulièrement des nouvelles.

Nos amis anglais pourront découvrir le film au Sci-fi London film festival.


Comments

Radio Libre Albemuth

La nouvelle édition de Radio Libre Albemuth est désormais en vente.

Quatrième de couverture :
Dans une Amérique où le Mal a triomphé, une Amérique quadrillée par les milices de Ferris F. Fremont, que faire lorsque, comme Nicholas Brady, ami intime de Philip K. Dick, on reçoit des messages dans son sommeil, et que ces messages en provenance de Dieu - ou des extraterrestres - vous conseillent d'entrer dans la Résistance ? Dénoncer ses amis ? Se livrer aux Amis du Peuple américain ? Utiliser la maison de disques dans laquelle on travaille pour propager la subversion sous forme de messages subliminaux ? Obéir aveuglément à SIVA au risque de perdre la raison ?

Œuvre vertigineuse récemment adaptée au cinéma par John Alan Simon, avec la chanteuse Alanis Morissette dans le rôle de Sylvia, Radio libre Albemuth a été écrit avant la trilogie divine (Siva, L'Invasion divine, La Transmigration de Timothy Archer), mais publié de façon posthume.

Je suis curieux d’avoir l’avis de ceux qui l’ont déjà acheté et (re)lu...
Comments

Le petit guide à trimbaler de Philip K. Dick est disponible !
guide-dick
Dickien: (adj. m.): qui rappelle l'univers de l'écrivain Philip K. Dick.


Philip K. Dick


Sondage
L'exégèse ?
En VO !
En VF !
Les deux !
Pas pour moi.


Resultats
Version 2.08





ABC-Dick
Dickien sur Twitter


Twitter en chargement




AbeBooks.fr - 110 millions de livres neufs, d'occasion, anciens et rares.
Etienne Barillier © 2007-2013